Loin du Corps Léa Simone Allegria

Étudiante à l’école d’art du musée du Louvre, Adrienne prépare la fin de son master et se retrouve par hasard emportée dans le mannequinat. Ce mannequinat qu’elle observe en pantin d’une machine sans pitié.

Elle passe de l’observatrice à l’observée. Côtoyant des modèles qui mangent du coton pour ne pas grossir, survivantes du régime compote/champagne/médicament . En toile de fond une histoire d’amour avec Sandro, la disparition d’un frère jumeau, des portraits des gens qui l’entourent.

Et surtout comment passe t-on de l’autre côté d’un miroir poreux, l’image que l’on renvoi versus l’image que l’on a de nous, l’image que l’on a de soi même. Alors au fur et à mesure, on se laisse emporter dans un broyage, dans une étrange machination. J’ai beaucoup aimé ce roman, le style sec, la plume directe de l’auteur. C’était un thème un peu surprenant n’étant pas du tout intéressée par le milieu de la mode pour ma part dans la littérature je n’ai pas l’habitude de lire ce genre de roman mais je l’ai beaucoup aimé. Le personnage principale à défaut d’être plein d’orgueil est cependant attachant.

 

loinducorps

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s