Le quart d’heure du Mercredi

Chose promise, chose due. Trois photos valent mieux qu’un long discours.

« Le premier roman est toujours signé d’un nom inconnu.

Lorsque nous ouvrons le paquet de l’éditeur qui le renferme, nous critiques et jurés, il ne nous dit rien car aucune légende

ne le précède. Il nous arrive vierge au début de l’été. Pas de rumeur flatteuse, pas d’avocat, pas de chevau-léger. Il est nu et ne demande qu’à s’offrir à ses tous premiers lecteurs. Son nom, son titre, son visage ne nous disent rien. De quelle secrète énergie doit-il être animé, à quel feuintérieur doit-il se consumer, pour sortir de sa boîte et s’imposer…. » Pierre Assouline.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s