Cartographie de l’oubli de Niels Labuzan

cartographiedeloubli

1889 : Jakob Ackermann et tout un régiment de soldat mettent en place les prémices de la colonisation allemande en Namibibie, ce sera l’un des premiers génocides allemands, oublié de la mémoire collective, on assiste à la montée en puissance d’une allemagne coloniale sans merci.
2004 : Un jeune homme métis est à la recherche de son passé, lors de la commémoration du génocide Hereros. Son métissage et son histoire a un rapport avec l’Histoire.

Mon avis : Bien que la plume de Labuzan soit consensuelle, j’ai trouvé le sujet abordé excellent, l’angle sous lequel l’Histoire est amené m’a convaincu, le principe de déresponsabilisation de ce soldat allemand (que j’ai fini par prendre presque en pitié bien que finalement il se laisse toujours faire) Jakob Ackermann, le rapport entre lui et l’histoire. Je crois aussi que ce sujet m’a beaucoup intéressé car finalement on en apprend beaucoup sur les prémices de camps de concentration, la Namibie a été un laboratoire avant la seconde guerre mondiale, ce jeune homme à la recherche de son passé également.
J’avais déjà abordé la déresponsabilisation dans un article plus ancien, celui sur Haliena Birenbaum, L’espoir est le dernier à mourir.

Note sur 10 : 8,5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s