Qui suis-je ?

  • Prénom : Myrtille
  • Age : 25 ans
  • Formation : DUT info-com option métiers du livre, licence professionnelle librairie.
  • Passion/Hobbies : postcrossing (échange internationale de cartes postales) théâtre, cinéma. Natation, Aïkido, lecture, photographie.

Et à propos des livres :

  •  Littérature Contemporaine : Extension du domaine de la lutte de Houellbecq, Les Revenants Laura Kasischke, Bronson d’Arnaud Sagnard, Je ne retrouve personne d’Arnaud Catherine.
  • BD préférés : Seuls, Girls don’t cry et Lou.
  • Science Fiction : Les fables de Lhumpur de Pierre Bordage
  • Des auteurs dont j’ai lu quasiment toute la bibliographie : Régis Jauffret (j’ai même un super Powerpoint), Emmanuel Carrère.
  • Un auteur dont j’ai lu trois livres pour voir si j’aimais ou pas : Amélie Nothomb, constat je n’accroche pas… (lus pour l’occasion : stupeur et tremblements, Métaphysique des tubes et Hygiène de l’assassin).
  • Un genre que j’affectionne particulièrement mais dont je ne fais pas part à tout le monde parce qu’il faut se méfier : la science fiction. (si vous allez à Paris-Montparnasse, allez à la librairie Payot et il y a un libraire passionné, sautez sur l’occasion, rien que pour ça je prendrais le train.)
  • Le genre que je ne connais vraiment pas bien : Le policier. (mais un Stagiaire Presque Parfait vaut tellement le détour).
  • L’essai qui a changé ma vision des choses : Faut-il manger les animaux ?
  • Le livre de développement personnel le plus utile à mes yeux : Le pouvoir du moment présent d’Eckart Tolle.
  • Ce livre qui m’a fait l’effet d’un coup de poing : Profession du père de Sorj Chalandon.
  • Mon classique préféré : Ana Karénine
  • Mon activité favorite pendant l’automne : suivre le feuilleton de la jet-set de l’édition française : les prix, surtout le Goncourt.

Pourquoi un blog ?

Oui c’est vrai il y en a un tas et ma voix n’est qu’une parmi d’autres, j’aime bien partager ce que je lis,suivre des blogs littéraires, regarder les listes de sens critiques (pour me donner des idées), aller regarder ce qui se passe sur Lire en Mayenne,. Et aussi ça peut paraître idiot parce que j’aime bien l’informatique et utiliser WordPress,mettre en page, créer le menu, soigner un peu l’orthographe et j’essaie même si ça n’est pas toujours concluant de travailler la syntaxe, continuer de rédiger des petits coups de cœurs.  (et aussi parfois dire ce que l’on n’aime pas parce qu’on ne peut pas tout aimer).

Alors bonne visite toi qui t’es perdu dans les méandres d’Internet..

Mon C.V cvoffredemploi

Publicités

Les lumières du Ciel d’Olivier Maulin

Paul-Emile est un loser, il galère, il vend des sapins halals, il oscille entre Bérengère sa maitresse femme d’un chirugien, son pote Momo DJ de patinoire et Chez Bebel. A la suite d’une frasque de malentendus, Paul-Emile, Momo et Bérengère taille la route vers la côte d’Azur c’est sans compter sur le fait que ces trois là se retrouvent à Jérusalem, un hameau perdu dans les Cévennes où un groupe a décidé de vivre en autarcie.

Véritable d’une critique d’une société qui va à contresens, j’ai beaucoup aimée la description très humouristique d’olivier Maulin, des absurdités qui nous entoure jours après jours, de la simplicité, des jeux de langues. A mettre entre toutes les mains par les temps qui courent.

A moi seul bien des personnages de John Irving

Le jeune Bill est à la Favorite River Academy, le lycée de son village, passionné de théâtre et très bon élève, il découvre sa bisexualité auprès de Mrs Frost et Jacques Kittredge pour qu’il a une obsession et un béguin très fort. Avec son amie Elaine ils vont découvrir les frasques de la vie de couple, de célibataires, ce livre sera fait de flash-back, on oscillera entre la carrière d’écrivain du jeune Bill, son béguin pour Kittredge, sa découverte du sexe avec la bibliothécaire transsexuelle, sa quête d’identité permanente, sa famille un peu bizarre, son béguin pour son beau-père…

Autant être honnête dès le départ, ce livre m’a profondément ennuyé.Le début était  pourtant prometteur avec des sujets qui ne sont pas nécessairement abordés dans la littérature, ce n’est qu’à partir d’une centaine de pages qui ma curiosité a commencé à décliner.

Je suis plutôt déçue car il s’agissait d’un cadeau coup de cœur d’une ancienne collègue, je n’ai pas osé lui dire que j’avais été très surprise par les longueurs et les répétitions du texte. Il m’arrive rarement de ne pas aimer un livre de cette manière et celui-ci m’a vraiment parut très long. L’obsession pour Kittredge qui prend une place terrible dans le texte, le personnage principal qui s’apitoie beaucoup sur son sort. A part ceux qui ont réellement connu un seul de ces personnages mon intérêt pour ce texte s’est rapidement essoufflé.

 

Le Moabi Cinéma de Blick Bassy

Boum Biboum est un jeune camerounais qui vient d’avoir le baccalauréat. Une bourse lui est proposé pour venir en France, il la refuse et veut rester au Cameroun entouré de ses amis, le football, sa musique. Peu à peu la course au Visa prend de la place dans sa vie, de refus en refus il décrit avec humour cette jeunesse désoeuvrée. Sans compter une étrange découverte, un arbre au milieu de la forêt qui est gardé par les militaires et qui diffuserait une vérité sur l’Eldorado européen.

Blick Bassy signe son premier roman avec brio, humour et beaucoup d’émotion, j’ai trouvé que c’était l’un des livres les plus sympathiques que j’avais eu à lire cette année, grâce notamment à sa langue.

Blick Bassy est également musicien. 🙂

Vous pouvez l’écouter ici :https://www.youtube.com/watch?v=kMrdU8rykTc